LA DÉCEPTION DE LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE.

17 Novembre 2011 , Rédigé par jeune-tchad


artoff890Rappelons que dans les années 80 à l’exception de certains pays africains anglophones qui avaient acquis la démocratie tant dise que la notre est mal comprise (Afrique francophone) par nos dirigeants.Certains chef d’Etat se sont révélés comme des hommes au pouvoir habile et rusé supprimant toute velléité d’opposition et instaurent un parti unique à leur total dévotion.
Sur le plan institutionnel, l’anarchisme est érigé en religion d’Etat et le culte de la personnalité atteint son paroxysme.Après la fameuse chute du mure de Berlin le monde est devenu bipolaire et l’aire de la démocratie souffla sur le continent africain. Cette démocratisation se situe notamment par la tenue d’une conférence nationale souveraine, et l’instauration de multipartisme.Malgré cette fameuse transition démocratique ne durera pas pour longtemps et prend une autre tournure : le coup d’Etat militaire, et la confiscation du pouvoir.
Cette crise institutionnelle et politique qui ébranlaient notre continent depuis plusieurs décennies n’a pas pu entamer la détermination du peuple Africain.Pour assurer la pérennité de leur pouvoir après vingt ans(20) ;trente deux ans(32) ,voir même quarante deux ans(42)certains chefs d’Etat se sont inspirés de prince machiavel rusé et particulièrement redoutable utilisant toutes les ficelles d’un pouvoir despotique basé sur la répression sanguinaire, l’arrestation arbitraire, le faux complot et élimination physique.Ils ont institutionnalisé une dictature basée sur la corruption généralisée et la tentation des fortunes fabuleuses basées sur la prédation systématique des richesses du pays.

Comment Peut on faire pour lutter contre cette dictature si tout peuple est asservis par la soif de la liberté, de l'inégalité sociale ; et de l’injustice ?
Comme on dit la liberté a parfois un gout amer quant surtout elle est vécue comme un moyen et une fin en soi ; or juridiquement elle constitue le socle de la démocratie.C’est pourquoi dans un système démocratique le pouvoir de l’Etat est limité par la loi ou par la permanence de la souveraineté populaire.Le devoir d’un homme d’Etat n’est pas celui de pousser son pays dans l'anarchisme où de pousser son peuple pour répondre à la violence dans un idéal qui lui parait séduisant,mais plutôt de garantir la paix,la sécurité ,'légalité ,et la justice. C'est dans ce contexte qu’on parle d’un « État de Droit ». Enfin une nation ne peut durer si le chef est despote, où il est le seul détenteur du pouvoir.Ces trois pays sont les modèles de référence: l’Égypte de HOUSSINI MOBARACK, la Tunisie de BEN ALI, et la LIBYE de Muamar Gadhafi la configuration du monde nous dira la réalité…
Dédicace à tous les africains et africaines qui combattent le despotisme institutionnel et politique.

MOUSSA Mahamat KACH

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article