Interview exclusive avec Mme Yoram Annette Laokole, Coordinatrice du Conseil National pour le Changement et la Démocratie (CNCD).


  • Annette

    Interview exclusive avec Mme Yoram Annette Laokole, Coordinatrice du Conseil National pour le Changement et la Démocratie (CNCD) en direct sur Jeunes Tchad: Suivre en commentaire



    Jeunes Tchad
    : Bonsoir à tout ceux qui nous suivent en direct, bonsoir aussi à Mme Annette Laokolé Yoram exilé politique, Coordinatrice du Conseil National pour le Changement et la Démocratie (CNCD), une structure né de la conférence de l’opposition plurielle tchadienne tenue le 12 au 13 mars 2011 à Paris regroupant l'opposition intérieure, l’opposition politico-militaire et des personnalités de la société civile.
    Merci d’être avec nous ce soir.

    Yoram Annette Laokole: Bonsoir Jeunes Tchad et merci pour cet interview.
     
    Jeunes Tchad: Mme Annette après plusieurs années d'exil, de lutte et la série d’échecs des différent fil d’opposition Tchadien, pour quoi n'a-t-elle pas atteint son objectif ? 

    Yoram Annette Laokole: L'opposition tchadienne est malade de ses divisions, de ses incohérences de ses querelles de chefs et sans doute aussi de son incapacité à offrir un projet de société clair aux tchadiens. Qu'il s'agisse de l'opposition "légalisée" ou politi
     
    co-militaire, le constat est le même. Désabusés, les tchadiens dans leur ensemble se sont détournés de la lutte au sein des différentes structures. Hélas le seul gagnant dans ce contexte est le régime en place..

    Jeunes Tchad
    : Bien et si nous reprenons la question de Mr Hally est ce qu’après le bilan que vous avez fait, y a t'il encore un espoir pour l'opposition? Avez-vous un programme politique après le renversement de ce regime et comment compter vous vous y prendre pour le réaliser?

    Yoram Annette Laokole:
    Avons nous d'autres choix que celui de nous battre? Oui il faut garder espoir, mais l'espoir seul ne suffit pas, il doit être un moteur pour continuer à lutter. Nous avons un programme politique bien sûr il serait peut être trop long de le détailler ici mais, la justice, le developpement durable, la sécurité des tchadien, la cohésion nationale, la paix, sont au coeur de notre vision.

    Jeunes Tchad: Le général Deby vient juste de briguer son 4eme mandat malgré le boycott des principaux parti d’opposition et la faible participation de la population, et en profite pour lancer un appel au retour des exilés, serez-vous a la table des négociations? quelconque?

    Yoram Annette Laokole: Idriss Déby n'en est pas à son premier appel à la négociation. En général ces négociations ressemblent plus à des causeries d'épiciers où sont partagés, enveloppes, postes et autres biens...La situation désastreuse du Tchad malgré le retour
     
    de nombreux opposants montre combien ces négociations sont loin de régler les problèmes qui minent notre société. En tant qu'opposante tchadienne je serai disposée bien sûr de prendre part à une véritable table ronde qui posent les problèmes de fond et qui inclue tous les acteurs politique et la société civile. Mais de ça, le régime n'en veut point.

    Brahim Oguelemi: General roi ou chef de canton deby nous avons marre de lui et qu il sache qu il n est plus dorloté par les tchadiens et qu il se rende comte de la faible participation a la presidentille et qu il se rende compte effectivement que la lumiere
     
    soit faite sur le sort d ibni de guetti errebey d abdramane dadi et des milieux des tchadiens disparus depuis son accession au pouvoir jusqu a de nos jours mais pourquoi il elimine ceux constituent le developpement du tchad eh bien il veut coserver sa place et sa resistance au pouvoir

    Jeunes Tchad: Revenons un peu a la clavaire que vie la population, la famine prend une ampleur dramatique dans certaines régions alors que plusieurs ONG et journaux internationaux ont tiré la sonnette d'alarme pour venir a l'aide des populations démunies. Pourquoi la communauté international garde le silence face a cette machine de répression qui n'a aucun respect aux valeurs humaines?

    Yoram Annette Laokole: Mes chers compatriotes, ne nous faisons pas d'illusion, la communauté internationale, qui se résume à quelques puissances occidentales, ne réagit que selon ses propres intérêts. Penser que la CI viendrait nous sauver des griffes de Deby est une utopie sauf si nous tchadiens nous l'y contragnont. Ce combat est d'abord le nôtre aussi organisons nous à tous les niveaux, dans nos écoles, nos lieux de travail, nos quartiers, nos églises, nos mosqués...partout où nous sommes pour faire front à ce défi que Deby et les siens nous lancent depuis 21 ans. Comment peut on continuer à accepter qu'un individu et les siens prennent en otage une population entière? Comment acceptons de subir sans réagir leur lois? Pourquoi? Si nous ne brisons pas nos chaînes, personne ne le ferra pour nous! Des dictateurs dans le monde tombent un à un comme des mouches, pourquoi? Parce que les peuples en ont décidé ainsi et obligé la communauté internationale a agir à son tour. Ce qu'il faut? C'est une REVOLUTION et chacun de nous doit être porteur de cette REVOLUTION.
    Jeunes Tchad: Bien, En évoquant les dictatures qui tombent comme des mouches, l'Afrique est en pleine ébullition ces dernières années: le changement en Libye, Tunisie, Égypte, Mali, Sénégal, le Sud Soudan....qu'est ce qui bloque au Tchad?
    Yoram Annette Laokole: Les tchadiens refusent de mener le combat pour leur liberté, voila ce qui bloque.

    Jeunes Tchad
    : Y a quelque semaine le CNCD a fait appel a l'UE pour la libération du député Gali Ngatta Ngotté craint ainsi le même sort de la disparition du Professeur Ibni Oumar Mahamat-Saleh, et l'arrêt de la persécution du député Saleh Kebzabo y a t-il une mobilisation en Ndjamena?

    Yoram Annette Laokole
    : Il y a effectivement eu une mobilisation de l'opposition au Tchad notamment celle des députés de l'opposition qui ont boycotté une séance à l'assemblée, organisé plusieurs points de presse et actuellement il semble qu'une pétition soit lancée en faveur de la libération de Gali. D'autres actions sont sans doute entreprises mais l'opposition au Tchad en parlera certainement mieux que moi.

    Jeunes Tchad :Qu'en dites-vous aux discours souvent clanique de certains chef d’opposition ou des responsables en Ndjamena? cela ne conduit-il pas le pays a une probable guerre civile après Deby? et le Tchad a-t-il une chance de revenir sur les rails apres le MPS?

    Yoram Annette Laokole: Le discours clanique est un aveu de l'incapacité de certains chefs de l'opposition à mobiliser l'ensemble des tchadien autour de projets de société nationale et viable. C'est une caution à l'illégitimité, exactement comme dans le cas de Déb
     
    y. Mais le Tchad appartient à tous les tchadiens sans exception et chaque tchadien doit pouvoir y vivre sans discrimination. Mais au dela de cet aspect, le discours clanique est dangereux, instrumentalisé et divise les tchadiens et vous avez raison de souligner qu'il peut être cause de guerre civile. Il est donc de notre responsabilité en tant qu'acteurs politique, étudiants, intellectuels, leaders d'opinions, etc. d'eduquer nos populations à tous ces dangers.

    Jeunes Tchad:Une dernière question, les Tchadiens attendent avec impatience le jour ou ce système sera aux archives, le CNCD est la seul structure de son genre présente aujourd'hui, y a-t-il un programme ou des mesures regroupant tout l'opposition alors que d'autre parle du modalité d'un 5eme mandat du général ? y-t-il une force militaire sur le terrain capable de faire renaitre la confiance des tchadiens perdu?

    Yoram Annette Laokole: Travaillons à renverser ce régime, nous le pouvons si nous brisons la peur qui semble nous tétaniser. Avec ou sans force militaire si nous décidons de mettre fin à ce régime, nous pouvons le faire. C'est un travail de prise de conscience, d
     
    e confiance en nous, de détermination. Nous n'avons pas d'autre choix. Rosa Parks, une militante afro américaine disait" nous avons le choix entre la liberté et la mort. Si nous n'avons pas l'une, nous aurons l'autre". Merci infiniment pour ce fructueux moment d'échange. Vous participez par votre travail à cette prise de conscience et c'est tout à votre honneur. Que chacun fasse sa part du travail pour la liberté.

    Jeunes Tchad: Mme Yoram Annette Laokole, Coordinatrice du Conseil National pour le Changement et la Démocratie, merci d'avoir tenu avec nos cet interview, merci aussi a tout ceux qui nous on suivie.
    Ainsi nous arrivons au terme de l’émission, nous vous dirons au revoir et a la prochaine avec un nouveau invité.
    Bonne soirée a toutes et a tous.

    Mamadi Abbalaya: Mr6 a vs o6i l'1tervew ns a bokou plu mé prchnema accordé ns klk minut pr evoqué la notre osi.

    Hassan Ibrahim Adam: jeune tchad ns vouln l chngemnt me pa avc l guerre c7 intrviw ma di bcp d chse courage
    Ousmane Adoum: Bon ressort pour une éventuelle prise de conscience à la Tuniso-Egypto-Lybienne.

    SOURCE

Partager cette page

Repost 0