Interview avec M. Moustapha B. Malharoumi conseiller administrative en Norvège titulaire d'un Master de Philosophie en gestion de conflit et un master en gestion administrative.

Interview exclusive en direct avec M. Moustapha B. Malharoumi conseiller administrative en Norvège titulaire d'un Master de Philosophie en gestion de conflit et un master en gestion administrative.

Moustapha.jpgMoustapha Babikir
 Bonjour.


Jeunes Tchad
 :Bonjour (Bonsoir) a tous, Bonsoir a toi Monsieur Moustpaha, merci d'avoir accepté notre invitation pour cette interview.

  

Moustapha Babikir: Merci à vous.

 


Jeunes Tchad
: Vous êtes titulaire d’un Master de Philosophie en gestion de conflit, alors comment voyez-vous le conflit Nord-Sud Tchad? mythe ou réalité?

 

 

Moustapha Babikir: Du point de vue anthropologique, il n'y a pas de grande difference entre le mythe et la réalité. Ca depend de la perception de l'individu et sa conviction. C'est a dire si tu crois qu'il y'a un conflict donc tu vas voir des conflicts dans les rapports entre la population du sud et du nord du Tchad.

 

 

Korey Salah Taharmi Dahou-zoudou: bien répondit Moustapha

 

 

Moustapha Babikir: Personnellement, je ne crois pas qu'il y ait un conflict entre les deux. Il y'a des malentendus biensur mais pas de conflicts.

 

 

Jeunes Tchad: Reformons la question, le Soudan du Sud apres 22 ans de guerre avec le Nord a célébré sont indépendance l’année passer, nous remarquons qu'il y a une tres grande ressemblance entre les deux pays dans plusieurs domaines.
les journaux locaux et les sites web ne cessent d’affirmés la présence des personnalités sudistes Tchadiens a Juba et la mobilisation de quelques uns au prés des États-Unis, de l’Europe, en Venezuela et autres pour une quelconque succession du Sud Tchad. Un Ministre du gouvernement du générale Deby a même démissionner pour guidé ce mouvement et on ne peut de même pas nier l'injustice sociale entre les deux camps.
Est-il possible qu'une République du Sud Tchad, verra le jour, comme se fait le cas au Soudan?

 

 

Moustapha Babikir: Tout d'abord, detrompons nous. Le Tchad et le Soudan partagent des ethnies et beaucoup  d’ aspects culturels. Mais, il faut souligner le fait que les deux pasy ont des parcours historiques differents. Par example, les colons britaniques interdisaient aux  populations du Nord Soudan de se circuler liberalement dans le Sud de leur pays. Cette politique a cree un grand fosse entre les deux du point de vue de vision du monde, de comportement et de culture.

 En revanche, le Tchad n'a jamais connu une telle histoire. Bien au contraire, nos compatriotes ont aussi gerer le Tchad. Nous partageons aussi beaucoup de similarites avec nos freres du sud du pays c.a.d. certains aspects linguistiques et culturels. Par example entre les Boulala, les Baguirmi et les Sara. Ce qui circulent dans les journaux et sur le net ne sont que des speculations. On connnait pas toujours avec certainte les choses que tu viends de citer.

 Rien n'est impossible dans la politique. On ne peut pas predire le future surtout le sud du pays va declarer son indendence mais je crois pas que la majorite de nos co-citoyens du sud du pays partagent ces idees secessionistes. Pour resussir a la secession,on a besoin d'un appui populaire ce que je ne vois pas actuellement.

 


Jeunes Tchad
: Bien, quelque année après indépendance du Tchad, la Première rébellion fut avoir naissances Front de Libération Nationale du Tchad '' le FROLINAT'' en 1966 a Niyala au Soudan. Elle avait une idéologie d'un Etat islamique que jus qu'a présent un grand nombre des personnalités optent pour se système politique de gouvernance. Est-il possible?

 

 

Ismael Mht Saleh: merci Mr Moustapha de ton objectivité a clarifier le chose et a orienté le débat dans un contexte constructive, bien que le plate forme "jeunes Tchad" cherche a prévenir un conflit Nord-Sud qui n'est qu'une symptôme d’hypocondrie.

 

 

Ismael Mht Saleh: et la religion ne s'invite jamais dans les débats politique

 

 

Moustapha Babikir: A vrai dire, je n'ai jamais entendu aucune personnalite politique au Tchad qui parle d'un etat islamique. La constitution du Tchad garantit la LAICITE et interdis aux partis politiques d’etre fondes sur des bases confessionnelles . Selon certains chiffres officiels, les musulmans au Tchad ne depasse pas le 54% de la population. Donc, pour etablir un etat islamique, il faut l'accord de non-musulamans aussi ce qui est impossible.

 

 

Moustapha Babikir: D'ailleurs, les tchadiens en general ne font pas l'amalgame entre la politique et la religion. L'islam au Tchad (la Tidjaniya) n'encourage pas les croyants a meler la religion avec la politique.

 


Jeunes Tchad
: A l’assemblé national le député fédéraliste Ngarlejy Yorongarveux faire du Tchad un État fédéral, bien que la divise du Tchad prône pour l’Unité, le langage ethnique ou régional ne cesse d'intervenir dans les affaires d'Etat. Ne voyez-vous pas que ce système sera un model pour faire face au déséquilibre économique et la répartition inégale des ressources?

 

 

Moustapha Babikir: Je ne suis pas oppose a l'idee de federalisme en principe. Mais pour l'appliquer au Tchad, il faut beaucoup de prudence et reflexions. Car, le Tchad est deja fragilise par les guerres civiles et les tensions inter-ethniques. Si, les tchadiens choisissent liberalement a soutenir les idees federalistes du depute Yorongar, je ne vois aucune raison pour l'opposer, En democratie, c'est le peuple qui choisit la maniere avec laquelle leur etat est gouverne.

 

 

Moustapha Babikir :Aimer et proteger les interets de sa regionne veut pas dire que la personne est pour la division de son pays. Meme dans les pays developpes comme la France et la Grande Bretagne les gens defendent publiquement les interets de leur region. cela va meme dans l'esprit de decentralisation et de partage des resources entre les regions.

Moustapha Babikir: Quand l'on prend l'arme et l'on declare publiquement l'autonomie ou la scession de sa region c’est la que le regionalisme devient dangereux et inconstitutionnel. Dans ce cas, le Chef de l'Etat doit assumer ses reponsabilites constitutionnelles pour guarantir l'integralite territoriale.

 

 

Jeunes Tchad: Oui, Vous avez évoqué '' La démocratie''. Sans doute vous avez suivie ou peut être le débat démocratique entre Nicolas Sarkozy et François Hollande pourquoi ne pas appliquer ce système de transparence au Tchad ou même en Afrique en général?

 

 

Moustapha Babikir :J'ai pas suivi le debat en direct. Ca m'interesse pas trop. Mais, j'ai suivi le fil d'actualite sur le site France24. La democratie prend du temps pour s'enraciner. Ca a pris beaucoup de temps aussi dans un pays comme les etats-unis qui a subit une guerre civile pourque la democratie s'etablisse fermement. Il y a des democraties en afrique ou les debats presidentiels sont organises pendant les elections presidentielles. Je cite comme example, La Maurice, l'Afrique du Sud, la Botswana, la Zambie, la Namibie, le Senegal, etc..

 

J eunes Tchad:Mais ils passent inaperçu

 

 

Moustapha Babikir: Parceque on s'y interesse pas malheureusement! On s'interesse davantage sur les elections en occident et plus particulierement de la France et des Etats-Unis. On chante toujours le PANAFRICANISME mais on l'applique pas. Commbien d'entre nous qui cherchent a s'informer sur l'etiopie ou bien le Malawi? Par ailleurs, les grands media du monde sont controlles par des gens qui ne depassent pas le nombre des doigts et ils sont tous de l'occident. Ils choisissent a couvrir les actualites qui leur interessent.

Korey Salah Taharmi Dahou-zoudou :Jeunes Tchad Pose des question sur l tchad et sur l continent africain



Jeunes Tchad
: La France qui se dit l’emblème de la défense droit de l'homme, comment peut-on s'expliquer son soutient au général Deby que certains le qualifie de dictateur régionaliste ? Par exemple son intervention en 2008 quand les rebelles venu de l'Est étaient a la porte de la Présidence

Moustapha Babikir: Quand la France soutient le president Deby, elle soutient ses interets au Tchad, la stabilite regionale et leurs investissements. C'est pas par amour pour notre president qu'ils se sont intervenus au Tchad. Les etats dans les relations internationales protegent leurs interets.

Moustapha Babikir :Et meme pendant le debat que vous avez mentionne les candidats a la presidentielle francaise ont evoque trois lignes de leur preoccupation envers l'Afrique: 1- la stabilite regionale. 2- la lutte contre le terrorisme. 3- la position geopolitique de la France en Afrique en tant que puissance regionale.



Jeunes Tchad
: Demain les Français iront votés leurs future Président, dans les sondages Hollande est en tête a présent, beaucoup d'observateurs et intellectuelles Tchadiens espèrent que si le Parti Socialiste arrive au pouvoir en France, les choses peuvent considérablement changer au Tchad, surtout que le général Deby s'est imposer depuis 22 ans au pouvoir, comment apercevez-vous cela?

Moustapha Babikir :Je n'y crois pas! Un pays comme la France n'est pas comme le Tchad ou le Soudan ou le president change les principes de la securite nationale et les interets de la nation a coup de tete. Les metodes pour proteger ces interets vont forcement change avec un nouveau president. Certains presidents preferent travailler discretement a travers les agences de renseignements ou bien a travers le reseau franceafrique dont nos chefs d’etat..certains president comme Sarkozy preferent utiliser le bras militaire.

Moustapha Babikir: Si le nouveau president francais (Sarkozy ou Hollande) trouve que le president Deby menace leurs interets au Tchad. Ils vont biensur chercher a destabiliser son pouvoir en soutenant des rebelles ou bien en exercant de pression pour que la prochaine election ouvre la voie a un autre candidat pour la presidence du Tchad.



Moustapha Babikir
: La question que l'on doive poser ce que : Est ce que on veut vraiment des etrangers comme les francais changent pour nous nos presidents? Est ce que on est tellement impuissant que l'on attende une personne comme Hollande pour nous sauver?!!!!

 

Jeunes Tchad Nous allons évoqué ces questions a nos prochains invités, mais d'ou vient cette incapacité ? Pourquoi?

 

 

Moustapha Babikir: Le tribalisme, la peur, l'indifference, le manque de sentiment national, le manque d'un ou une leader integre reunissant les tchadiens autour de lui ou elle, l'ethnocentrisme, le manque de valeurs et de principes, etc...

 

 

Jeunes Tchad: Ainsi nous arrivons a terme avec l'interview, M.Moustapha B. Malharoumi: Merci d'avoir répondu a nos questions, Merci a vous chers lecteurs, nous vous informons que le prochain invité sera l'auteur du Roman '' Quand l’évidence ne Suffit plus'' M.Souleyman A. Cherif restés a l'attente. Merci infiniment et bonne soirée a tous.



Moustapha Babikir
 Merci.

 

 

Sadie Sougui Chidi: ns ns soe african et en plus au tchad ,sa pour le europeen et francais sa me fait ni choud ni froid

 

 

Saleh Mahamat Ahmat Tom: Toute mes remerciements MOUSTAPHA vraiment vs êtes impeccable je vous encourage

 

 

Moustapha Babikir :Merci, frere @saleh.


SOURCE facebook

 

 

Partager cette page

Repost 0