les Tchadiens et les Africains peuvent-ils s’inspirer du printemps arabe?

7 Septembre 2011 , Rédigé par jeune-tchad

djamena 1 population cri victoire-3-d35d3






le soulèvement populaires dans le monde arabes provocant la fuite et l’écart de 3 présidents respectivent: Ben Ali de 1987-14 janvier 2011, Housni Moubarak de 1981-11 février 2011, Mouammar kadhafi de 1969-27 février 2011, dont deux restent indéterminés celui de Bachar Al Assad et Ali Abdullah Saleh. La situation dans ces pays semble êtres la même dans la plupart de pays d’Afrique noir. il ne s’agit point ici d'un mouvement militaire ou d'un parti politique, mais de l'ensemble des peuples qui en a marre de l'oppression, d'injustice et de la cruauté de ses dirigeants, comme l'africain. Dans une durée de 4 semaine de manifestation du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011 faisant entre 243 et 300 morts dont 1207 blessés graves, le 14 février 2011 Ben Ali fuit la Tunisie après 24 ans de règne, mais pour son homologue égyptien, du 25 janvier 2011 au 11 février dont il démissionne dans une durée de 17 jours faisant plus de 890 morts, 9000 blessés, 8000 arrêté et entre 7000 et 10 000 jugés par la justice militaire, Housni Moubarack cède le pouvoir a près 30 ans de règne. Alors Concernant le rechercher dans Zangua Zangua, Bet Bet.... accusé de crime contre l’humanité et des massacres, sa situation tire au drame. Son tour en étant commencer le 15 février 2011 au 27 février 2011 la date du reconnaissance de la CNT faisant plus de 5000 tués et entre 8000 et 10 000 blesser ( chiffre provisoire) le guide Libyen Moammar kadhafi fut êtres du passer. Tout ces trois chef d’État enlevés, ridiculisés, avec des poursuites judiciaires, tel est le sort des Corrompus et des Avides. Celui de la Syrie dont la contestation est depuis le 15 mars 2011 a nos jours, presque une demi années de manifestation et des morts, des blessés , d'arrestation et de torture, Bachar Al Assad tient toujours le coup, mais jusqu’à quand? Sans oublier le Yémen qui a debuté le 16 janvier 2011 par un millier d'étudiants yéménites à Sanaa jusqu’à de nos jours passant par une tentative de coup d’État, Ali Abdullah Saleh s’accroche au pouvoir mais semble affaiblie. (pas de chiffre affirmative) On ne peut espérer au meilleur sans payer un prix, quant-a la colonisation d'hier, l'Afrique croisa les bras pour lui tendre son indépendance fictif, Ou elle est humilier de nos jours. Tout chacuns espères a un changement, a la paix et au meilleurs doivent surmonter ses peurs et faire preuve du courage tel est la normes des faits. Sommes-nous prêt a risquer notre vie pour aller au bout de notre rêve comme ces valeureux victimes du printemps arabe? Sommes-nous capable de mener une manifestation d'une-demi années ou plus? c'est la réponse a ces questions qui détermineras la réalité des africaines. Qui a dit que sauf la prise des armes peut renversé les regimes corrompus?

Le vrai pouvoir c'est le peuple et non l'autorité du peuple.

Jeunes Tchad

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Álvaro Gómez Castro 09/09/2011 21:59