les problèmes des Bacheliers au Tchad

16 Mars 2011 , Rédigé par jeune-tchad

Après une bonne réflexion, on se rend compte que touts les problèmes socio-économiques du pays est lié à la politique du système. Mais ce que beaucoup de nous ne l’admet pas, c’est que nous assumons une grand responsabilité dans ce délire. John. F. Kennedy dans son discours inaugural avait dit :" ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez vous plutôt ce que vous, vous pouvez faire pour votre pays’’. Quant -on parle de chômage aux Tchad, ce n’est qu’un phénomène qu’ont le trouve partout dans le monde. Mais l’en jeux est plut grave qu’on en pense. Bien que la présence de belles plumes tchadiens, le nombre des diplômés sans valeur reste une panique et un déséquilibre administratif. Cependant, cela remonte à la manière de la réussite aux examens et aux mauvais conseils d’orientation aux nouveaux étudiants. Des nombreux Bacheliers brillants regrettent d’avoir fait le choix de leur filière juste par ce qu’ils ont prit le mauvais train de départ et perd les pédales. La passion et la trouille face à leur étude, leurs conduisent à renoncer à leurs rêve du aux informations erronées que leurs parviennent des autres. La dernière ambigüité dans ce sujet c’est que peu d’entre nous ne savent en profiter de l’énergie potentielle en soi. Le choix de la filière en dépend des plusieurs critiques ou le talent et le feu sont incontournable. Grand Corps Malade avait dit: "" L’enseignement en France va mal car il rend pas les gens égaux, Les plus fragiles tirent l’alarme mais on étouffe leur écho,L’école publique va mal car elle a la tête sous l’eau, Y a pas d’éducation nationale, y a que des moyens de survies locaux - Alors continuons de dire aux p’tit frères que l’école est la solution Et donnons leur les bons outils pour leur avenir car attention La réussite scolaire dans certaines zones pourrait rester un mystère Et l’égalité des chances un concept de ministère - Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires."" Chacun est spécial en soi tout, ne nos renonçons à nos rêve. Djarma Acheikh 'Jeune Tchad'

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nelson 08/09/2011 03:03