Le NON retour

6 Décembre 2012 , Rédigé par Jeunes Tchad


                                            Le NON retour

IMG 20120918 103001 - CopyNous sommes arrivés à un niveau qu'on ne peut faire marche arrière depuis dix semaines de gréve, de menace et d'intimidation, Deby et ses acolytes mettent la puce à l'oreille des incrédules aux cris de détresse de la population.

Selon nos confrères du blog de Makaila, depuis le déclenchement de la grève par l’UST rien ne va à l’hôpital de Moundou [ndrl: province au Sud] pour la population ce dernier temps.

Un habitant de lieu raconte: ''les malades sont abandonnés à leur triste sort et dans un désarroi total. A part la sentinelle, rien ne bouge sauf les malades qui déambulent dans l’attente inespérée de la providence. Les gens meurent à petit feu. Imaginez un seul instant le cas d’une femme en phase d’accouchement et qui ne pas assistée. Les cris des enfants non pris en charge vous fera couler quelques larmes.
Dans tout ça, bizarrement l’administration de l’hôpital est absente et se plaise dans des faux déplacements.''
Les organisations de la sociétés ont appelé hier mercredi à une journée morte à N'Djamena le Mardi 11 décembre prochain.

Nous demandons à tout les Tchadiens et les Jeunes en particulier de se mobilisé pour mettre fin à nos calvaires quotidiens depuis 22 ans ou notre pays est prit en otage par des ''extraterrestres''.
Mobilisons nous et restons prêt à l'assaut.


Ce qu’ils ne savent pas, c’est que l’ on est jamais plus faible qu’au moment où on se sens très fort

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article