Jeune Tchad: Racine de la souffrance

17 Avril 2011 , Rédigé par jeune-tchad

Il faut extirper tous les moyens, notamment par une dénonciation courageuse et franche, les pratique désastreuses du favoritisme à motivations tribales ou sentimentales dans l’attribution des notes ou des bourses d’études ; dans l’administration aux examens et aux concours ; dans le choix de candidats aux maitrises ; agrégations et doctorats. Il faut avec la dernier vigueur, réprimer le commerce des épreuves d’examens officiels : les fuites sont très souvent pratiquées en faveur des enfants de ceux qu’on appelle abusivement les grands, et qui sont si petits par leur mesquinerie. Tous ces agissements pervertissent la jeunesse et l’entretiennent dans le sentiment que le monde est aux élèves et étudiants paresseux, pourvu qu’ils aient parents ou protecteurs puissants, ou encore que lycéennes et étudiantes acceptent de se prostituer aux enseignants et au personnel administratif. […]

 

                                                                                                                                                                Meinard Hebga

Cette pratique est très rependue au Tchad qu’en Afrique en général.

Cependant, si on va au bout de la pensé, on s’aperçoit que notre cas fait exception, même dans les écrits de l’histoire.

L’extrême pauvreté a incarné une idéologie basée sur l’intérêt, qui est de vouloir nourrir à sa faim.

On constante un bouleversement de principe de base éducatif au sein de la communauté  Tchadienne.

L'école est l’arme de la victoire face à l’ignorance . Ce qui n’est pas le cas dans notre univers.

 

L’homme est un être plein d’amour et d’intelligence mais l’esprit de calcul et le culte e de l’intérêt le rend bête.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article