L’imposture de l'ambassade du Tchad au Burkina Faso

30 Décembre 2013 , Rédigé par Jeunes TchadJeunes Tchad est un espace de discussion et de réflexion administré par DJARMA Acheikh Ahmat Attidjani blogueur activiste et analyste indépendant.

La création de l’Ambassade du Tchad au Burkina Faso est d’abord pour défendre les intérêts du Tchad et partant de ses ressortissants dans ce pays frère. Cependant l’Ambassadeur roule à contre courant en portant un regard défavorable sur ses compatriotes que nous sommes. Il nous considère d’ailleurs comme des nuisibles et des emmerdeurs lorsque nous avons besoin de son secours dans les moments de malheur ou de joie.

Nous avons décidé de consacrer une série d’articles sur son comportement en ce début d’année. Dans notre premier article, nous voulons d’abord relever certaines de ses attitudes contraires à la solidarité légendaire qui caractérise le Tchadien, lesquelles attitudes risquent d’entraver sérieusement la cohésion sociale si rien n’est fait. Dans les prochains épisodes, nous relèverons ses gestes qui sont très loin d’honorer la diplomatie tchadienne.

En 2013, Mr MBATNAN n’a fait qu’élargir le fossé qu’il a creusé dès son arrivée entre lui et les Tchadiens résidents au Faso. Plusieurs faits marquants sont à relever :

L’affaire Francine : Pendant que la communauté tchadienne cherchait désespérément une aide financière pour acquérir le cercueil devant servir à l’inhumation de notre compatriote Mademoiselle Francine lors de son décès à l’hôpital Yalgado de Ouagadougou, le président de la communauté tchadienne a sollicité l’appui de l’Ambassadeur. La réaction de ce « extra-ordinaire » d’Ambassadeur a été négativement virulente que le président a appris à ses dépends. Faute de cercueil, la regrettée a été inhumée dans des conditions qui n’honorent pas le Tchad. A la limite, l’Ambassadeur a affiché une attitude de mépris vis-à-vis de la communauté au point de décourager toute l’assistance en ce jour-là.

L’affaire François Cayette : un autre phénomène, non des moindres, a été le cas du Décès de François Cayette. Ce regretté journaliste-reporter-photo, retrouvé mort dans sa chambre à Ouagadougou a été déposé à la chambre froide de l’hôpital de Yalgado une semaine durant en attendant de fixer la date de son inhumation. L’Ambassadeur n’a présenté aux familles endeuillées ni signe de compassion, ni assistance quelconque. Pour lui, la mort d’un quelconque Tchadien au Burkina Faso est un non évènement.

Monsieur l’Ambassadeur, le Chef de l’Etat tchadien lui-même, en dépit de ses multiples occupations, trouve le temps d’aller compatir avec ses compatriotes en cas de malheur parce que la compassion est un acte divin. L’exemple de nos compatriotes retournés de la RCA est éloquent.

L’Ambassadeur MBATNAN laisse croire à travers ses attitudes qu’il est allergique aux malheurs. Ce qui est possible compte tenu des sensibilités idéologiques des uns et des autres et par rapport à d’où nous venons et avec qui nous avons cheminé. Mais qu’en est –il, en revanche, pour les moments de gaieté ?

Prise de contact avec la communauté : Je me souviens que ce « extra-ordinaire » d’Ambassadeur est arrivé au Burkina il y a presque 3 ans. Jusqu’à ce jour, il ne s’est pas présenté à la communauté. Cette communauté qui se chiffre entre 2000 et 2500 âmes composées d’étudiants en grande majorité et des fonctionnaires. A tord ou à raison, L’Ambassadeur évite systématiquement de rencontrer ses compatriotes. La conséquence est que la quasi-totalité des Tchadiens au Burkina ne le connaît pas. Deux questions se posent dans ce cas : A-t-il peur des dépenses pour quelques verres d’eau à offrir à ses compatriotes ? Si c’est le cas, il est à rappeler que cet argent qu’il aura à dépenser appartient aux contribuables tchadiens et que ces verres d’eau sont prépayés par le Tchad. Cet Ambassadeur a-t-il honte ou du mépris à rencontrer les tchadiens? Si c’est le cas, qu’il n’oublie pas que ces méprisés, ces nuisibles et ces emmerdeurs tchadiens que nous sommes aurons honte de lui et le mépriserons aussi le moment venu lorsqu’il aura besoin de nous. Un adage populaire ne dit t-il pas « qu’on a toujours besoin d’un plus petit que soit ? » Ce jour là, on lui retournera cash la monnaie de sa pièce. Qu’il se souvienne déjà de son agitation avec ses collaborateurs à sensibiliser les tchadiens dans leur ensemble pour l’accueil lors de la fausse alerte concernant l’arrivée du Chef de l’Etat du Tchad pour le Sommet de l’OHADA à Ouagadougou.

Participation à des activités organisées par les Tchadiens : en tant que premier responsable des Tchadiens au pays des hommes intègres, Mr MBATNAN doit savoir que ses gestes, ses propos sont suivis avec beaucoup d’attentions. Et que les Tchadiens attendent beaucoup plus de sa part. Les quelques rares fois qu’il s’est rapproché d’eux, d’ailleurs à contre cœur, n’ont pas étanché leur soif. On peut citer entre autres sa modeste contribution pour l’organisation de la semaine de la femme (2013) et la participation de la communauté tchadienne à l’organisation de la journée de la communauté (2012). Grande est la déception des uns et de autres toutes les fois où Mr MBATNAN est sollicité financièrement pour d’autres activités de la jeunesse tchadienne. Le dernier exemple en date est sa réaction à l’invitation que les chrétiens tchadiens lui ont adressée à l’occasion du réveillon de NOEL 2013. En effet, lors du 23ème anniversaire de la liberté et de la démocratie célébré à Bongor, le Président de la République du Tchad, dans son Discours prône la paix entre les fils et filles du Tchad. Dans cet élan d’esprit, et à l’occasion de la célébration de NOEL, les chrétiens tchadiens du Burkina veulent rependre cette tradition en instaurant la nuit de prière pour la nation tchadienne fixée au 21 Décembre 2013. Pour cette veillée, ils ont organisé une collecte d’aide financière pour faire face aux dépenses liées à cette organisation auprès de toute la communauté tchadienne mais l’Ambassadeur a négativement réagi en mettant en garde deux jours durant tous ceux par qui il sera emmerdé et troublé dans sa quiétude. Selon ses déclarations, il est hostile à tout ce qui a un caractère religieux. Pour rappel l’invitation que les chrétiens lui ont fait parvenir l’a mis dans tous ses états. Même les enfants de sa maison en ont eu pour leur compte. Alors qu’à cette occasion, chrétiens et musulmans se sont succédés sur le plan interne qu’externe pour formuler des vœux et prier pour notre chère pays le TCHAD.

Monsieur l’ambassadeur, vous devriez être plutôt le premier à encourager cette forme de réunion de prière pour la nation tchadienne que de constituer un obstacle à celle-ci. Rappelez-vous que chaque année, les différentes confessions religieuses du Tchad organisent des séances pour implorer la bénédiction de Dieu en faveur des autorités et du peuple tchadien. Et le couple présidentiel lui-même n’hésite pas à y prendre part et à encourager. Vous devez vous plier à cette tradition.

Finalement, la communauté tchadienne dans son ensemble et les petites associations tchadiennes en particulier se demandent qu’au nom de qui ce « extra-ordinaire » d’Ambassadeur est –il nommé au Burkina Faso ?

Si rien n’est fait pour mettre un terme à ce comportement anti social de MR MBATNAN, la représentation du Tchad au Faso perdra tout son sens.

Affaire à suivre…….

La rédaction du blog de NDJEKOMBE

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article